Les chocolats de Pâques, on craque ou pas ? 

 

 

C’est déjà Pâques et donc des chocolats de Pâques. Alors on craque ou pas ?

 

Pourquoi mange-t-on des œufs en chocolat à Pâques ?

 

Comme pour de nombreuses fêtes chrétiennes, cette célébration a des origines païennes.

 

Les premières coutumes avec des œufs remontent à près de 5000 ans, pour célébrer le retour du printemps, les égyptiens et les perses offraient des œufs de poule décorés de soleil, de fleurs, ou de dessins d’animaux pour se porter chance. L’œuf était le symbole de la vie ou tout du moins d’une promesse de vie, il était donc tout naturellement associé au retour du soleil au printemps après l’hiver.

 

La fête de Pâques, telle que nous la connaissons aujourd’hui, est une célébration chrétienne qui fête la résurrection du Christ et marque la fin du Carême. Comme pour d’autres évènements (Noël par exemple), le calendrier chrétien a repris celui des traditions païennes, Pâques est ainsi fêté « le dimanche qui suit le quatorzième jour de la Lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après. »

 

Revenons-en au Carême, traditionnellement il était interdit de manger des œufs pendant les 40 jours du carême. Je vous laisse imaginer les stocks d’œufs à la fin de cette période, certains n’étant même plus comestibles. Alors autant les décorer et les offrir le jour de Pâques ! Du coup vous avez compris également d’où vient l’omelette pascale.

 

Ce n’est qu’au 18ème siècle que nait l’idée de remplir les œufs avec du chocolat, les prémices des moules et formes en chocolat qui font le bonheur des chocolatiers d’aujourd’hui.

 

Mais ne dit-on pas que ce sont les cloches qui amènent les œufs ?

 

Petit retour sur les traditions chrétiennes. A l’origine, entre le jeudi saint et le jour de Pâques, on ne faisait pas sonner les cloches, on racontait aux enfants que les cloches allaient au Vatican se faire bénir par le Pape et revenaient avec les œufs. Les entendre marquait donc le retour du Christ, et l’arrivée des œufs qui seront ensuite cachés dans les jardins par les lapins symbole de l’abondance et de la prolifération de la vie (personnellement je pense qu’ils abusaient un peu des champignons à cette époque).

Mais je ne souhaite pas m’étendre plus sur les traditions car j’ai surtout envie de vous parler du chocolat.

 

 

Bon alors on craque ou pas ?

 

Moi je vais me faire plaisir, c’est trop bon le chocolat et plein de bienfaits, alors pour que vous ne culpabilisiez pas trop en voici une petite liste :

 

  • Il aide à se remonter le moral : le chocolat libère des endorphines qui calment l’anxiété et contient du magnésium qui agit positivement sur l’humeur, en permettant de lutter contre la fatigue et le stress.

 

  • Il est riche en antioxydants : pleins de flavonoïdes, un antioxydant présent notamment dans les tanins du vin rouge et dans de nombreux fruits et légumes, qui aide à lutter contre certaines maladies. Il semblerait même que la capacité antioxydante du cacao soit 2 à 3 fois supérieure à celle du thé vert ou du vin

 

  • Il améliore la circulation sanguine : les flavonoïdes limitent l’apparition du mauvais cholestérol, dilatent les vaisseaux et améliorent la coagulation, limitant le risque de maladies cardiovasculaires.

 

  • Il améliore notre digestion : si il a une teneur élevé en cacao, les fibres qu’il contient (uniquement cru) stimule le transit. De plus il contient des polyphénols qui aident à renforcer la muqueuse intestinale.

 

  • Il est riche en vitamines et minéraux : il contient du magnésium, du potassium, du phosphore, du cuivre, du zinc, du fer et des vitamines A et du groupe B.

 

C’est trop bon mais il faut quand même pas en abuser, tout est toujours question d’équilibre. C’est tout de même un produit riche en matière grasse et parfois en sucre si on le préfère au lait.

 

La saison des fraises arrivent, on ne va quand même pas se nourrir exclusivement de chocolat !

Défiler vers le haut